31 mai 2010



Installation d'un téléphone rouge entre le Japon et la Chine

Le Japon et la Chine ont convenu lundi du lancement d'une ligne téléphonique directe entre leurs dirigeants pour discuter de questions importantes dans leurs relations bilatérales et d'éviter les situations d'urgence à la suite des activités récentes de la flotte Chinoise dans les eaux au large du Japon, a déclaré un responsable japonais.

Le Premier ministre Yukio Hatoyama a exprimé son inquiétude au Premier ministre chinois Wen Jiabao en raison des incidents qui se sont produits il y a quelques semaines maintenant et rapportées sur ce blog.

Des hélicoptères de la marine chinoise avaient effectué des vol à proximité de destroyers japonais , et une imposante flotte chinoise était passée à proximité de certaines iles nippone.
Cette déclaration intervient au moment ou se sont tenues des discussions tripartites au sujet de la Corée du Nord que Pékin refuse de condamner.
Alors que la région est soumise à de violentes tensions, le Russie se pépare à conduire un exercice naval en Mer du Japon.

Manoeuvres russes en mer du Japon


On apprend aujourd'hui qu'une flotte russe se prépare à effectuer des exercices militaires prévus de longue date en mer du Japon en dépit des tensions dans la péninsule coréenne. "Les exercices se dérouleront avec la participation des principaux navires de la Flotte russe du Pacifique, ainsi qu'avec celle des navires amiraux de la Flotte du Nord et de la Flotte de la mer Noire, des croiseurs lourds Piotr Veliki et Moskva", selon une dépêche de l'agence Novosti.

Le 120ème exemplaire de l'avion d'entraînement K-8E avion Karakorum a été remis à l'aviation égyptienne (EAF).

la force aérienne égyptienne a reçu le 120ème avion d'entrainement K8E. Ces appareils ont été construits dans le cadre du programme sino-égyptien de coproduction par la société Chinoise (CATIC) et le ministère égyptien de la Défense. Ce contrat signé en 1999, prévoyait une première phase de 80 appareils et une seconde de 40 autres appareils. En vertu du contrat, Aircraft Factory of l'Egypt a produit les appareils avec le soutien de 200 techniciens chinois envoyés au Caire.

Pour la première phase, la Chine a fourni toutes les pièces principales de l'avion en vue de son assemblage. Pour la seconde tranche, les pièces d'origine égyptienne ont été plus nombreuses et en fin de programme, la quasi-totalité des pièces étaient fabriquées localement. Au final plus de 94 % des pièces sont fabriquées en Egypte et un centre de recherche aéronautique a été installé de manière à contribuer au développement de l'industrie égyptienne.

Le K-8 dispose de 4 points d'emports sous les ailes, pouvant recevoir chacun 250 kg de charge (bombes, missiles, roquettes, réservoirs, etc.). Il peut également recevoir un pod canon sous le fuselage.

Cet appareil vendu dans de nombreux pays africains et sud-américains répond aux exigences de formation de l'aviation égyptienne et va remplacer les vieux L-29 tchèques encore en service.

30 mai 2010



Israël et la Grèce vont mener un exercice aérien commun baptisé « MINOAS 2010 » entre le 27 mai et le 3 juin 2010. (Mise à jour)

L'exercice MINOAS 2010 qui se déroule pour la première fois à partir d’une base aérienne grecque, va mettre en œuvre une trentaine d'avion de combat des deux nations ainsi que des moyens de soutien.

Cette activité conjointe est très importante notamment en raison de la crise dans les relations entre Israël et la Turquie. Ce pays a refusé de réaliser un exercice militaire avec Israël en raison de la situation politique régionale. L'annonce de ces manœuvres a suscité malgré tout une protestation modérée de la Turquie .
La Grèce et Israël mènent des exercices conjoints depuis 1994 mais au cours des dernières années, ceux-ci ont pris une dimension plus importante.

La zone de manœuvre comprend le continent, la mer Ionienne et la mer Égée. La participation du côté israélien est de cinq F16I 'Sufas' et 5 F-15I 'Rams' et de 15 F16 pour la Grèce. Un ravitailleur KC-807 va participer à cet exercice ainsi qu'un hélicoptère CH53 pour simuler des missions récupération de pilotes derrière les lignes ennemies. Dans ce cadre, des exercices de ravitaillement en vol par avion KC-807 seront organisés, y compris pour équipages d'avions grecs qui ne participent pas à directement à Minoas 2010.

L'IAF a récemment effectué de nombreux exercices d'entraînement conjoints avec les forces aériennes différentes en Europe et en Amérique du Nord, afin d'améliorer les capacités de ses pilotes dans les missions de bombardement à longue distance.

Commentaire
Certains médias mettent en avant que les israéliens sont aussi intéressés par le système antimissile russe S-300 que la Grèce possède et qui est comparable à celui que l'Iran souhaite acquérir.


photos IAF

Mise a jour : Le ministre grec de la Défense, Evangélos Vénizélos, a demandé lundi à l'état-major de l'armée de l'air de mettre fin à un exercice aérien commun gréco-israélien qui se déroulait depuis mardi en Crète (sud), selon un communiqué.

29 mai 2010



Première commande pour le fusil sud-coréen K11

Les Émirats arabes unis ont exprimé leur souhait de commander un lot de 40 fusils K11 double calibre airbust de construction sud-coréenne lors du salon des forces spéciales qui s'est tenu début du mois en Jordanie. Il s'agit de la première tentative d''exportation de ces fusils High Tech . Le contrat pour cette vente est susceptible d'être signé dans les prochains mois. Le prix unitaire du K11 est estimé à 14.000 dollars.

Cette arme à double calibre est disponible depuis 2006 mais le K11 n' a été révélé au public qu'en 2009, lors de l'expo DSEI. Cette arme révolutionnaire a été développée par l'agence coréenne pour la Défense du développement et l'entreprise S & T Daewoo.

Le K11 est une arme de soutien de groupe d' infanterie car elle permet d'engager les ennemis embusqués ainsi que les véhicules non blindés. Elle conjugue les effets d'une grenade de 20 mm pré-programmée en tir indirect et la munition de 5,56 mm à courte et moyenne portée en tir direct. En effet, La grenade de 20mm est censée exploser trois à quatre mètres au-dessus de la cible en utilisant un système d'auto-détonation.



Le lance-grenades de 20mm, actionné manuellement, est alimenté par un chargeur de 5 munitions. Il est intégré à l'arme et permet le tir de deux types de projectiles, la K167 HE et une munition d'entrainement dénommée K168. L'arme de base est dérivée du M16 américain, ce qui lui permet d'utiliser des munitions au standard OTAN de 5,56 mm. Les appareils de visée sont composées d'un optique de jour et d'un système IR pour la nuit. L'arme dispose en plus d'un télémètre laser, de capteurs environnementaux et d'un calculateur balistique.

La France avait lancé le développement d'un projet similaire baptisé le PAPOP (PolyArme POlyProjectiles) dans le cadre du projet FELIN. Le projet a été abandonné.

Le PAPOP est équivalent au XM29 OICW américain (programme Objective Individual Combat Weapon) dont il se distingue par ses munitions de fusil à très haute vélocité et par son lance-grenade d'un calibre plus important. Le 22 juillet 2005, l'US Army a suspendu sine die ce programme en raison de l'insuffisance de la miniaturisation et de la difficulté à assurer la fiabilité du matériel dans les conditions de combat,

Le nouveau contingent de soldats sud-coréens déployés en Afghanistan sera doté de cet armement.


photos Blog Asia defense

28 mai 2010



Début de l’exercice KWANZA 2010
Il y a eu « Biyongho », au Gabon en 2003, «Sawa » en 2006 au Cameroun et « Bahr-el Gazal » un an plus tard au Tchad. Comme annoncé sur ce blog, il ya quelques semaines, les préparatifs de l’exercice de la CEEAC se sont achevés et le coup d’envoi a été donné samedi 22 mai 2010.

Il y a quelques jours, le chef d’etat-major général des Forces armées angolaises, le général Francisco Pereira Furtado, en sa qualité de directeur de l'exercice a présenté, au cours d'une conférence de presse, les détails de cette certification, qui a le caractère multinational et multidimensionnel d’une mission intégrée. Cet exercice implique en effet la participation des composantes tant politique que diplomatique, des observateurs militaires, une composante policière et humanitaire.


photo jornal de Angola

Le scénario de cette exercice est basé sur une crise dans un état fictif du Golfe de Guinée la "République démocratique de Aqua". Ce pays a des ressources naturelles importantes, mais est miné depuis quinze ans par une guerre civile inter-ethnique.
Dans ce contexte, la communauté internationale mènera un processus de médiation sous l'égide de l’Union africaine (UA), mandaté par les Nations Unies, qui aboutira à la signature d’un accord de paix et de réconciliation nationale.

Lundi 24 mai, le plan stratégique des opérations a été remis par le directeur adjoint de l’exercice, le général des Forces Armées Angolaises, Paulo Sousa Santos, au colonel camerounais Emmanuel Same, chef du groupe de planification opérationnelle qui va travailler avec son équipe sur la conception d’un plan d’opération.

Côté moyens matériels, six avions de projection stratégiques, deux hélicoptères, deux avions de reconnaissance, un navire amphibie et quatre autres de patrouilles, de nombreuses embarcations de plus petite taille, deux hôpitaux de campagne seront mis en œuvre durant cet exercice. Les différents détachements ont rejoint la zone d’exercice la semaine dernière.
Un séminaire de certification destiné aux inspecteurs qui supervisent les manœuvres militaires" Kwanza 2010 s’est déroulé sur les lieux de l’exercice en préambule à cette activité.


Cet exercice serait largement financé par les pays de la région. Quatre-vingt dix pour cent de ce montant serait le résultat des contributions des pays membres et du Secrétariat général de la CEEAC, tandis que les dix autres émanent des contributions des différents partenaires et bailleurs de fonds. L’Angola a engagé de nombreux travaux sur le site de la brigade de forces spéciales pour accueillir les participants dans de bonnes conditions.

Les informations sont malgré tout assez rares sur la partie LIVEX de cet exercice.

vidéos des préparatifs des Forces Armées Congolaises.
http://www.dailymotion.com/video/xda7s0_les-preparatifs-de-lyoperation-kwan_news

Commentaires
Les forces africaines en attente commencent à devenir une réalité. Cet exercice semble démontrer que les processus de montee en puissance et de planification sont maitrisés. L'objectif final de ce cycle et de cet exercice reste la certification de la brigade Centre.

27 mai 2010

La chine se préparerait à envoyer un des ses plus imposants bâtiments de guerre dans le golfe d'Aden

Selon plusieurs blogs traitant de questions de défense asiatique, la marine chinoise se préparerait à déployer bientôt son bâtiment amphibie Yuzhao du type LPD 071 pour participer aux opérations internationales de lutte contre la piraterie.

Le bâtiment de Type 071 est un navire de guerre amphibie de la marine de l' Armée Populaire de Libération. Il s'agit d'un type de bâtiment de 13000 tonnes doté d'aéroglisseurs et d'hélicoptères d'assaut assaut lourds Z8. Un bâtiment est en service opérationnel et quatre autres seraient en projet.

Ce navire peut transporter un bataillon du corps des Marines, d'un effectif compris entre 500 et 800 soldats, 15à 20 véhicules blindés amphibies et 4 LCAC. Le navire est équipé d'un canon de 76 mm et de 4 × 30 mm CIWS pour son auto-défense. Le navire améliore de manière significative les capacités de la Marine de l'APL en matière de projection de puissance.

A bord de ces navires, 2 hélicoptères lourds Z-8 (dérivé du Super Frelon) sont embarqués, ils sont capables de transporter plus de 20 personnels et remplaceront avantageusement les helicoptères Z-9 et Ka-27 actuellement en service à bord des navires chinois déployés.

Plusieurs unités se sont succédées dans le golfe d'Aden. En mars, Pékin avait envoyé le destroyer “Guangzhou” et un navire de ravitaillement de la flotte auxiliaire pour mener des opérations de contre piraterie. Il s'agit du cinquième déploiement depuis décembre 2008 pour protéger les Chinois et d'autres navires de commerce contre les pirates au large des côtes somaliennes.

Commentaire
La marine chinoise va franchir un nouveau cap si il déploie un bâtiment de ce type le long des côtes de Somalie. Cette mission loin de ses bases est une première, pour cette marine et une démonstration de ces capacités naissantes. Les Pays-Bas déploient actuellement un bâtiment amphibie similaire au sein de l'opération ATALANTA. Ce type de navire est très utile pour mener des opérations d'observation le long des plages.

>Photo Sinodefense

26 mai 2010


Les Etats-Unis déploient une batterie de missiles PATRIOT en Pologne

Plusieurs dizaines de soldats Américains et le matériel correspondant à une batterie de missiles Patriot sont arrivés il y a deux jours en Pologne.
La mission de cette unité sera au cours des deux prochaines années de former les militaires polonais sur ces matériels très perfectionnés. Ce détachement sera déployé sur la base de Morag dans le district au nord du lac de Mazurie, à une soixantaine de kilomètres de l'enclave russe de Kaliningrad. Selon certaines dépêches de presse, ce déploiement serait effectif durant quatre périodes d’un mois par an.
Néanmoins, Il s’agit du plus important déploiement de forces américaines dans ce pays qui est un allié fidèle des USA et un supporter de ce pays au sein de l’OTAN.

La Pologne a ratifié en février un accord portant sur le stationnement sur son sol de troupes américaines. Les personnels qui formeront les soldats polonais à l'utilisation de ce système se chargeront aussi de mettre en œuvre ces missiles sol-air à vocation antimissile. Il s’agit de la première étape du plan de l’administration Obama de défense antimissile.

La Pologne a insisté à plusieurs reprises sur le fait que le choix de cette base près de l'enclave russe de Kaliningrad n'avait pas été choisie pour des raisons politiques ou stratégiques, mais simplement en raison de la qualité de ses infrastructures.

La Russie a critiqué mercredi le déploiement en Pologne de missiles américains Patriot. "Semblables activités militaires ne contribuent pas à consolider notre sécurité mutuelle, à promouvoir des relations de confiance et de prévisibilité dans cette région", a dit un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, cite par une agence de presse russe.


photo US defense

25 mai 2010


La force arienne nigériane a fêté son 46ème anniversaire

Du 11 au 14 Mai 2010, un salon aéronautique s'est tenu au siège du centre de formation de la force aérienne nigeriane à Kaduna, dans le centre-nord du pays. Intitulé "Air Force Expo 2010", ce salon a été organisé sous la forme d'un événement sous-régional et a donné lieu à une parade aérienne, une exposition par des industries locales et étrangères et des séminaires. Il s'est déroulé à l'occasion du 46ème anniversaire de la force aérienne.
Le président intérimaire du Nigeria, Dr Goodluck Jonathan, a participé à l'événement et prononcé un discours rappelant les efforts entrepris par le pays pour la reconstruction de sa force aérienne après plusieurs années d'abandon. Extrait du discours du président
durant les dernières années, la tentative du gouvernement de re-professionnaliser les forces armées a donné des résultats positifs, le gouvernement a également accordé des crédits supplémentaires dans ce projetdepuis 2009.
« Dans notre volonté de moderniser la force et d'améliorer votre capacité, nous allons continuer à faire plus. Je charge donc l'ensemble des forces armées, et en particulier la Nigeria de la Force aérienne, de ne pas se reposer sur leurs lauriers dans l'accomplissement de leur devoir constitutionnel». Le président a aussi exprimé sa joie que l'Institut de technologie de la Force aérienne de la technologie ait récemment commencé les essais de son premier UAV.


Le chef d'état-major s'est quant à lui felicité de la reconstitution du potentiel aérien qui a commencé avec l'avion d'entrainement 339, les avions de transport C-130 Hercules et G-222 ainsi que les hélicoptères Super Puma.


Les appareils récemment acquis comme les chasseurs F-7NI, l'appareil de patrouille maritime ATR 42 et différents modèles d' Agusta 109 (light utility/attack helicopter) ont été admis en service lors de cette célébration.

Plusieurs chefs d'état-major de l'armée de l'air de pays voisins ont participé à l'événement. Selon le chef de l'armée de l'air nigériane, l'Air Marshal Oluseyi Petinrin, le salon aéronautique devrait stimuler la croissance de l'industrie aérienne, et donner de l'élan à tous les acteurs de la défense et permettre aux industries de l'aviation de collaborer pour renforcer l'industrie aéronautique nigérian.





photos courtesy Nigeria Air Force

24 mai 2010

Le JMRC va recevoir de nouveaux hélicoptères UH 72A

Au Hasard d'un site, on découvre que L’US Army va livrer cinq hélicoptères UH 72A au JMRC en Allemagne. En quoi cela consiste t’il ?

Les États-Unis et l’OTAN possèdent en Europe un centre de préparation des forces qui a survécu a la fin de la guerre froide, le JMRC d’Hohenfels. Il a même retrouvé de son dynamisme depuis le début des opérations en Irak et en Afghanistan.

De 1956 à 1988, le camp d'entraînement de Hohenfels a été utilisé par les forces de l'OTAN (USA, Allemagne, Canada, Royaume Uni) et français de temps en temps. En 1988, Ce camp est devenu le Combat Maneuver Training Center d Hohenfels dont la mission était de fournir un entraînement réaliste interarmes aux unités de l'armée de terre des États-Unis, en Europe, et des unités de la 7 ème Armée US. Les unités de l'OTAN ou des partenaires y font de nombreuses rotations.

Le CMTC a été transformée et officiellement rebaptisé Joint Multinational Readiness Center en Décembre 2005. Cette transformation s’est construite autour des capacités uniques (moyens matériels et humains) du JMRC à former des forces interarmées et multinationales.
Plus de 95 % des alliés dans les opérations en coalition avec les États-Unis proviennent de la zone de responsabilité US-EUCOM, ou se situe ce centre. Il existe au États-Unis un centre similaire de plus grande dimension, le Joint Readiness training Center de fort Polk. Depuis 1993, des soldats ont été déployés à partir de Fort Polk, en Haïti, Asie du Sud, Suriname, au Panama, en Bosnie, l'Irak, en Afghanistan, et d'autres endroits.

Ce centre n'est qu'un des nombreux outils de USAREUR (US army in Europe) pour participer à l'entrainement et à la preparation des forces. Le 7th Army Training Command a été créé le premier Juillet 1976. Il est l'élément de commandement pour le Commandement unifié multinational de formation, comprenant les centres de Grafenwoehr, le JMRC Hohenfels le Combined Arms Training Center à Vilseck, et une unité de soutien a Roedelheim. En Janvier 2006, le 7 ATC est devenu 7th Army Joint Multinational Training Command.

La simulation du JMRC est basée sur une instrumentation des armements et des outils de simulation. Le dispositif est complété par des Observateurs Contrôleurs Formateurs dont l'objectif est d'assurer l'encadrement, la formation et le mentorat des unités. Ces mêmes personnels participent a l'analyse après action (After Action Review) des unités en stage. Ils contribuent également d'exercer à l'arbitrage manuel des systèmes d'instrumentation, à l'application des mesures de sécurité et à la gestion des risques.

L'OPFOR ou FORAD en francais est constituée par le 1er bataillon du 4ème régiment d'infanterie. qui a été réactivé en 1990. Cette unité est capable de mener les missions suivantes: mener une attaque, une défense, conduire des opérations type insurrection, mener des attaques IED , etc...

Le JMRC s'est récemment spécialisé dans la lutte contre les engins explosifs improvisés (IED) que l'on rencontre sur de nombreux champs de bataille. Du 6 au 8 avril 2010, des représentants de 13 pays se sont retrouvés pour des démonstrations, des formation et des simulations portant sur la majorité des dispositifs que l'on peut rencontrer sur le terrain.

Ce centre d'entrainement vient de recevoir ses cinq premiers hélicopètres légers du type UH-72A Lakota . Il s'agit de la version américaine militarisée de l'EC 145 d'eurocopter assemblée au Etats-Unis.
Ces appareils provenaient de la base aérienne de Ramstein où ces machines ont été remontées apres leur transport par C17 depuis la base aérienne de Colombus dans le Mississipi. 322 appareils de ce type ont été commandés et sont fabriqués dans le Mississipi et au Texas. Ces machines serviront au JMRC à de nombreuses tâches pour les exercices de préparation au déploiement en remplacement des UH1.


photos (c) US Army

23 mai 2010

Nouveau dossier hebdomadaire
A compter de cette semaine, je vais essayer de proposer des documents récapitulant des données régionales ou sur des types d'équipements spécifiques.


Sources Military balance, Wikipedia, blogs
les différences entre les matériels détenus et ceux opérationnels peuvent être importantes et sont rarement disponibles. Un essai

21 mai 2010


Les Forces canadiennes remettent en activité la 1re division du Canada

OTTAWA - Le chef d’état major de la Défense, le Général Walt Natynczyk, a annoncé aujourd’hui que les Forces canadiennes (FC) vont réactiver la 1re Division du Canada, à Kingston (Ont.), plus tard cet été.

Le rôle de la 1re Division du Canada est de fournir aux FC une capacité de commandement et de contrôle interarmées qui peut être déployée rapidement pour permettre une approche globale des opérations. La 1re Division du Canada s’installera dans la Base des Forces canadiennes Kingston, et elle utilisera les infrastructures et les services de soutien existants. Elle devrait être pleinement opérationnelle d’ici 2012.

« La remise en activité de la 1re Division du Canada s’appuie sur les leçons apprises tout au long de la mission in Afghanistan et pendant les autres missions nationales et internationales », a précisé le Gén Natynczyk. « Elle est le résultat de la détermination des FC à adapter continuellement notre culture, notre doctrine, nos programmes d’instruction et notre structure aux nouvelles réalités mondiales, et à doter le Canada d’une armée moderne de première classe qui montre la voie à suivre. »

Communiqué de presse des forces canadiennes. photo MG Fraser, nouveau Cdt de 1re Division du Canada.






Des drones de l’armée suisse surveillent la frontière française

La presse alsacienne et franc-comtoise relate que la frontière avec la Suisse va être surveillée par des drones militaires. Dans la région de Bâle, les gardes-frontière suisses ont lancé une nouvelle opération de surveillance de la frontière française à l’aide de drones.

Le Conseil fédéral a approuvé en juillet 2006, l'engagement de drones d'exploration ADS-95 et d'hélicoptères Super Puma des Forces aériennes au profit du Corps des gardes-frontière.
Les habitants des localités situées à proximité de la frontière franco-suisse risquent d’être dérangés en plein milieu de la nuit par des bruits de moteurs d’avion, signale le porte-parole du corps des gardes-frontière de la région de Bâle dans un communiqué.

L'ADS 95 est le premier système de drone de reconnaissance (Aufklärungs-Drohnen-System, ADS) acquis et exploité par les Forces aériennes suisses. Il a été développé conjointement par les sociétés suisses Oerlikon Contraves (Rheinmetall Defence) et RUAG Aerospace AG (rachete par SAAB) avec les entreprises israéliennes : Israel Aerospace Industries (IAI) et Tadiran Electronic Systems Ltd.

Le drone ADS 95 est en service depuis décembre 2001. Le Conseil des États et le Conseil national en a approuve l’achat lors de la session d’automne 1995. Quatre systèmes de sept appareils chacun ont été commandés et les livraison initialement prévues entre 1998 et 1999 furent reportées á la fin de l'année 2001.Il est aussi en service au sein de l'armée finlandaise.

Le drone peut voler jusqu'à 220 km/h et peut opérer théoriquement jusqu'à 100 km de sa station sol. Ces drones sont équipés de caméras infrarouges. Selon Les altitudes de vols imposées par les questions de bruit et de visibilité limitent la qualité des prises de vue.

L'industriel RUAG étudie une version plus évoluée, le Super Ranger qui a été dévoilé, sous forme de maquettes, au Salon du Bourget 2007. Il reprend globalement la formule aérodynamique du Ranger avec des améliorations en termes d'endurance (20 heures), de capacité d'emport et de signature acoustique, de radar.



photo (c) armée suisse

20 mai 2010



Poursuite de la montée en puissance de l'Afghanistan National Army Air Corps (ANAAC)

La filiale nord américaine d'Alenia a livré le cinquième C27/G.222 avions de l'Afghanistan Army Air Corps (ANAAC) C à l'United States Air Force.
L'avion remis à neuf et modernisé a été livré à la fin du mois d'avril et a été immédiatement déployé à Kaboul, en Afghanistan pour rejoindre les quatre autres appareils. L'avion est le cinquième des 18 avions commandés par l'USAF pour équiper l'armée de l'air afghane. Les livraisons de ces anciens avions de l'armée de l'air italienne ont commencé en Septembre 2009 et devraient se poursuivre jusqu'en 2011.
Les avions sont actuellement utilisés par le Combined Air Power Transition Force en Afghanista et pour la formation des pilotes de l'Armée nationale afghane Air Corp (ANAAC) à Kaboul.

le C-27 est un biturbopropulseur qui peut transporter jusqu'à 44 passagers avec un rayon d'action qui peut atteindre 1800 kilomètres. Ces capacités d'atterrissage sur terrain sommaire en font un avion précieux pour l'Afghanistan, dont le terrain est montagneux et le réseau routier limité ou subit des attaques répétées.

La mise sur pied de l'ANAAC est un long processus et cette force ne dispose actuellement que d'un nombre limité d'aéronefs opérationnels.
L'ANAAC aligne en plus des 5 C27, six avions de transport AN-32, de deux AN-26, d'environ 38 hélicoptères de transport et d'assauts Mi-17 et Mi-35 et une petite flotte d'avion d'entraînement L-39.


photos (c) USAF , premiers équipages afghans C27A.

19 mai 2010


Nouvelle commande de chars ARJUN par l'Inde

Les indiens semblent très satisfaits de leur char national ; le Arjun qui a fait bonne figure face au char russe T-90S lors de récents essais en zone désertique. L’armée indienne a donc décidé de commander 124 Arjun qui viendront s’ajouter aux 124 commandés en 2004. le montant de la première commande s’élevait a 471.2 million de dollars.

Au total ce seront 248 Arjun qui équiperont les unités blindées de l’armée indienne. a l'heure actuelle seulement 75 d'entre eux sont en service.

Conçu par la DRDO, (Defence Research and Development Organization) Ce char de 58 tonnes est équipé d’un canon de 120 mm de construction indienne mais dispose d’une motorisation MTU. La plupart des éléments de conduite de tir, de vision et le missile antichar tire a partir du canon sont issus de la coopération avec l’industrie de défense israélienne. Il est publiquement admis que 58 % des constituants du blindé sont d'origine étrangère.

La DRDO continue à développer des systèmes de nouvelles technologies pour l’Arjun.
-Un système de repérage automatique, de localisation et de destruction de la cible;
-Le Tank Urban Survival Kit, série d'améliorations destinées à améliorer la capacité de lutte en milieu urbain, qui comprend des aides défensives comme l'alerte laser, les brouilleur IR, des lance-grenades fumigènes;
-Le développement d'un simulateur pour le blindé ;
-Un nouveau moteur de 1500 C ;
-Un blindage avant inspiré du Leo2A6M ;
-Une munition anti-hélicoptère est en cours de développement .

L’armée indienne reste néanmoins convaincue que son char principal sera le T-90S. Le choix de L'armée s’est porté sur le T-90S pour répondre à ses besoins opérationnels en raison de l'énorme retard du projet Arjun, qui a débuté en 1974.

A ce titre, 1.657 chars T-90S remplaceront les 1781 chars les T-55 et T-72, ce nombre sera complété par quelques centaines d’exemplaires du char national sur pression des industriels.

Après avoir commandé 310 chars T-90S en Février 2001, l'Inde a signé un second accord avec la Russie en Novembre 2007 pour la fourniture d'un autre lot de 347 blindés. Les 1000 derniers exemplaires seront fabriqués sous licence dans l’usine de poids lourds Avadi Factory.

Nouvelles livraisons de chars léopard 1A5 à l'armée brésilienne

Dans les années 60, l'armée brésilienne a acquis plusieurs centaines d'unités de chars de combat américains M41 Walker Bulldog. Ce char léger de 23,5 tonnes, est devenu le char de combat principal au Brésil et a donné entièrement satisfaction car tout a fait adapté aux conditions locales de circulation.

Malgré plusieurs tentatives nationales de développement de chars de combat tels que l'Osorio EE-T1, le Brésil s'est tourné vers le marché international pour lui trouver un successeur. Dans un premier temps, L'armée brésilienne a acquis 128 Léopard 1A1 auprès de la Belgique, et à la suite d'un fort lobbying américain le pays a acheté 91 chars M60A3 américains. Les 128 Léopards ont été reçues entre 1997 et 2000.

Pour compléter ce dispositif et remplacer définitivement les plus anciens modèles, un second lot a été acheté en 2006. Ces véhicules reconditionnés sont en cours de livraison depuis le port d'Hambourg.

Le Léopard 1A5 va remplacer le modèle 1A1 comme char de combat principal , tandis que le modèle 1A1va remplacer les M41 et M60 M41 encore en service.
le Léopard 1 A5 est la version la plus moderne de la famille des Léopard 1. Les éléments mécaniques sont largement interopérables avec le modèle A1. Il est équipé d'un système de contrôle de tir avec télémètre laser et une caméra thermique pour le combat de nuit. Son blindage a été amélioré ainsi que sa suspension.

Ce lot sera composé de 250 véhicules blindés de combat dont 30 seront utilisés comme réservoirs de pièces. Les 220 restants seront incorporés dans quatre régiments de chars de combat (RCC). Dix neuf véhicules blindés spéciaux ont été acheté Il s'agit de sept chars de dépannage, quatre poseurs de ponts, quatre engins du génie et quatre véhicules-école.

Les forces blindées du pays seront regroupés avec la majorité des forces conventionnelles dans le sud du Brésil. La répartition des chars serait la suivante:

* 5 ème brigade de cavalerie blindée
5° RCC = 54 Leo 1A5
3° RCC = 54 Leo 1A5

*6e Inf Bda Bld (brigade d’infanterie blindée) à Santa Maria
1° RCC régiment de char de combat = 54 Leo 1A5
4° RCC = 54 Leo 1A5

*Centro de Instrução de Blindados = 4 Leo 1A5
Total = 220

Ces matériels sont désormais en cours de déploiement dans les unités. Avec ces nouveaux équipements, l'armée brésilienne est en mesure de se confronter à armes égales avec le char argentin TAM(Tanque Argentino Mediano) équipé lui aussi d'une artillerie similaire de 105 mm. Le char le plus puissant en Amérique du sud reste le Léopard 2A4 dont 118 exemplaires sont en service au sein de l'armée de terre chilienne.


Un des véhicules spécialisés



17 mai 2010

Début des grandes manœuvres de printemps

La formation des militaires au combat passe par la mise en pratique sur le terrain des savoir-faire acquis en théorie ou sur simulateur. L’armée chinoise et l’armée australienne font cette semaine une certaine publicité de deux exercices conduits pour former leurs élève officiers ou cadres. Si le second est spécialisé dans le domaine du génie, le premier vise à mettre en pratique l'intégration interarmées et à effectuer une démonstration de force.

L'armée australienne a présenté ses derniers équipements de combat aux officiers de l'armée de terre, et à ses soldats lors de l'exercice CHONG JU sur le terrain de manœuvre de Puckapunyal. L' idée était de montrer la force de l'armée de terre et de l'armée de l'air. Cet exercice fait partie du programme de formation des futurs chefs militaires. Les matériels comme le char de combat M1A1 Abrams, le véhicule de transport de troupes M113AS4 et le missile antichar Javelin ont été présentés. L'artillerie a effectué des tir réels ainsi que les F111 de la force aérienne.

tir de Light Gun
M1 Abrams



Bombardement effectu
é par un F111
photos MOD Australie
vidéo disponible : site MOD

L'armée chinoise a de son côté mis en avant un exercice d'officiers du génie en fin de formation. Au cours de l'exercice d'une durée de 15 jours, les officiers ont été confrontés à près de 20 situations tels que la réparation de route, le montage de ponts, la création du poste de commandement, l'ouverture d'itinéraires, le camouflage, le sabotage sur les arrières de l'ennemi, le déminage et l'approvisionnement en eau potable sur le terrain.




16 mai 2010

M777
Début des tests pour sélectionner des nouveaux matériels d'artillerie indien

Le manque de pièces d'artillerie dans l'armée indienne ne sera bientôt qu'un souvenir car les essais pour évaluer le nouvel obusier vont commencer sur les champs de tir du Rajasthan, à la fin de ce mois. Selon des sources au ministère de la Défense, un nouveau canon de 155 mm, épine dorsale de l'artillerie, doit être acquis sans délais.

Un des deux canons, remplissant les exigence qualitative de l'état-major indien (GSQR), doit être choisi très rapidement. Deux obusiers ont été écartés de la compétition, le Rheinmetall RWG-52 et le canon israélien Soltam Athos.
Le système de sélection doit être a présent transparent, selon ces mêmes sources. Depuis 2002, l'Inde a mené ce type d'essais pour un canon de 155 mm au moins quatre fois. Cependant, chaque fois que le pays s'est montré hésitant à décider car l'ombre du scandale Bofors à la fin des années 1980 est toujours très présent.

Les tests seront effectués dans des zones désertiques et en montagne. La phase d'essais estivale pourraient commencer entre le 25 et le 30 mai. Le comportement du système sous température élevée jouera un rôle majeur dans la prise de cette décision. L'artillerie a besoin d'environ 1 580 canons de 155 mm et est intéressé par un modèle à 52 calibres – qui a une plus grande portée que les 39 calibres utilisés aujourd'hui.

Les canons qui concourent sont le PFSI-2000, développé par Singapore Technologies Kinetics avec un partenaire indien, la société Punj Lloyd . Son concurrent est le FH-77B-05 de la société britannique BAE Systems et de son associé Mahindra et Mahindra.

On apprend par ailleurs chez Janes que l'artillerie va tester parallèlement à cette compétition un obusier de 155 mm qui serait acquis dans le cadre des US Foreign Military Sales (FMS) programme. Il s'agit de l'obusier léger M777 155 mm/39-cal qui sera testé dans les mêmes conditions. Le contrat porterait sur 145 pièces équipées du Selex Laser Inertial Artillery Pointing Systems pour un montant de 647 million USD. Mahindra Defence Systems participe à ce projet. L'objectif est d'équiper les deux divisions de montagne qui sont déployées à la frontière chinoise, d'ici à 24 mois.


FH77

15 mai 2010



La Corée du sud va déployer un nouveau contingent en Afghanistan

Alors que certains alliés de l'OTAN préparent le retrait de leurs troupes, la Corée du Sud a ignoré les menaces des talibans sur l'envoi de troupes et se prépare a envoyer un contingent en Afghanistan.

Le Parlement a approuvé ce jeudi, le déploiement des troupes par 148 voix contre cinq, nom de code Ashena. Des membres de l'opposition ont manifesté et organisé le même jour un rassemblement devant l'assemblée nationale à Séoul pour s'opposer à l'envoi de ces soldats.

Séoul va donc déployer environ 350 soldats en Juillet de cette année. Le contingent comprendra 140 personnels constituant un PRT (Provincial Reconstruction Team) ainsi que des soldats pour protéger cette équipe. 40 agents de la police coréenne compléteront Le dispositif et lutteront contre le terrorisme. Le contingent sera basé dans la province de Parwan, au nord de Kaboul pendant 30 mois.
En tant que proche allié des États-Unis, Séoul avait envoyé 210 soldats du génie et des médecins en Afghanistan en 2002. Le pays les avait retirés en 2007 après que des militants talibans aient pris en otage 23 bénévoles religieux sud-coréen et assassiné deux d'entre eux.

Les Taliban ont averti averti que les Sud-Coréens "devraient être préparés pour les conséquences" de l'envoi de ces troupes , accusant Séoul de rompre une promesse de ne plus envoyer des troupes en Afghanistan.

Le contingent bénéficiera de l'appui de 4 hélicoptères, de véhicules blindés et de drones disposant de caméra haute résolution et de caméras thermiques . Des détecteurs d'explosifs ainsi que des robots pourraient être déployés. La province de PARWAN actuellement sous contrôle américain est relativement calme.
photo MOD Korea


Le Pakistan reçoit de nouveaux avions d'alerte avancée

L'armée de l'air pakistanaise a récemment reçu son second Saab 2000 équipé du radar Erieye de surveillance aérienne et annonce la livraison d'ici la fin de l'année des deux derniers exemplaires commandés en 2006.
Construit selon les spécifications de la PAF, le Saab 2000 Erieye est équipé de 5 stations d'exploitation. Son radar de type Erieye a une portée de 450 km et est capable d'identifier en plus des pistes, le type d'aéronef et l'armement embarqué. Il fera partie d'un réseau global de commandement de la PAF et sera connecté par liaison de données aux réseau au sol.
"Le Saab 2000 ERIEYE AEW & C utilise le radar de dernière génération ERIEYE,et est maintenant capable de détecter des petits hélicoptères en vol stationnaire, des missiles de croisière, ainsi que des objectifs en mer tels que de petits bateaux.
La transaction s'élèverait à 8,3 milliards de couronnes suédoises (1,2 milliards de dollars) selon certaines sources..

le Pakistan souhaite varier ses fournisseur et on se rappelle que Les USA ont imposé des sanctions militaires contre le Pakistan entre 1990 et 2005.
Islamabad a ainsi commandé quatre avions radars chinois ZDK-03. Les livraisons devraient commencer plus tard cette année, selon des sources au sein de l'armée de l'air. Il s'agit d'une nouvelle variante du Shaanxi Y8 AEW spécifiquement conçue pour le Pakistan.
Le Pakistan Air Force voit dans cette acquisition de ZDK03 AEW & C comme un investissement à long terme, ce qui lui permet de puiser dans les capacités émergentes chinoise dans ce domaine. Une équipe d'ingénieurs PAF travaille déjà avec les Chinois sur ce système.

Les rapports précédents a déclaré que le Pakistan a acquis les Saab-2000 afin de rétablir la parité militaire avec l'Inde. En mai 2009, l'Inde a acheté trois avions un système d'alerte basé sur la Russie de l'IL-76 - A-50EI. Ces appareils sont équipés de radars israéliens Phalcon, qui vous permettent de contrôler l'espace aérien dans la zone de moins de 400 kilomètres.

l'arrivée de ces nouveaux matériels permettra au Pakistan de disposer quasiment des mêmes atouts que l'Inde.
Photo constructeur

10 mai 2010



Préparation de l'exercice KWANZA 2010

Les préparatifs de l'exercice «Kwanza 2010» organisé par les pays membres de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale (CEEAC) sont en bonne marche en Angola. Les forces armées angolaises sont à pied d’œuvre pour agrandir les infrastructures où la phase LIVEX de l’opération Kwanza 2010 se tiendra durant 20 jours à partir du 22 mai prochain.

L'exercice multinational «Kwanza 2010 » s'inscrit dans l’optique de l’évaluation des avancées de la Force multinationale de l’Afrique centrale (FOMAC) en matière de gestion de crises au sein de la sous-région.
Plusieurs étapes ont déjà été franchies dans le cadre de la préparation de cet évènement.
Un séminaire politico-stratégique s'est tenu récemment au Cameroun au Cours supérieur interarmées de défense de Simbock. Il s’agissait, à travers ce séminaire, « d’exposer les mécanismes d’état-major qui précèdent à la décision d’engager la FOMAC dans une opération de maintien de la paix ». Concrètement, durant cinq jours, les cadres administratifs et militaires de la CEEAC se sont recyclés en matière de gestion politique et stratégique d’une crise sous la houlette d’experts venus des pays de la CEEAC, de l’Union africaine, de l’Union européenne et des Nations unies.
Un séminaire pour la journalistes angolais qui couvrent cet événement a été organisé il ya quelques jours en Angola .

L’exercice, dont l’objectif final est la certification de la FOMAC dans le cadre de la Force africaine en attente, devrait réunir près de 4000 hommes et femmes. Une avancée saluée par le secrétaire général adjoint de la CEEAC, Antonio Egidio de Sousa Santos, qui n’a pas manqué de constater que « la politique africaine de défense de l’Afrique centrale a atteint un niveau très appréciable qui n’est pas suffisamment médiatisé ».

Selon l’Etat major angolais: «Il est nécessaire que la région se prépare pour répondre aux grandes préoccupations du moment, empêchant que des actions d'instabilité reviennent dans d'autres pays de la zone». Les progrès de CEAAC comme l'ensemble des forces africaines de ce type est relativement lent.

Ces manoeuvres militaires, qui se dérouleront dans la région de Cabo Ledo (au sud de Luanda) fief des forces spéciales angolaises. Elle doivent ainsi permettre de tester la réactivité de la brigade de la CEEAC dans le cadre de la résolution du conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine.

Cette unité pourrait être engagée dans la lutte contre la criminalité transfrontalière, la piraterie maritime, le grand banditisme, les actes de déstabilisation des institutions démocratiques ainsi que des rébellions. La mise en place d’un dépôt logistique régional et continental devrait également intervenir dans le cadre du renforcement des capacités d’intervention groupées dans la sous région.

Le site du ministère de la défense a rendu compte du don de plusieurs milliers de rations effectué par l'armée française et du soutien apporté dans le domaine des SIC.

9 mai 2010


L'inde accumule des déconvenues dans le domaine des drones depuis quelques jours

Un avion sans pilote (UAV) appartenant à la marine indienne s'est écrasé à Kochi près du Commandement Naval Sud mercredi dernier.
Le drone Searcher de conception israélienne s'est écrasé près de la piste de la base navale à 07 h25. Aucun dommage n'a été causé, mais l'engin est tombé à quelques centaines de mètres d'une une zone fortement peuplée. Ce drone équipé de caméras est utilisé pour suivre en temps réel le trafic maritime
la marine indienne est une des premières à utiliser des drones pour des missions de surveillance maritime.
Le 342ème escadron (INAS 342),est la première unité de drones de la marine indienne et dispose de 12 Hérons et Searcher Mk II, a été intronisé au Naval Air Arm à Kochi en Janvier 2006. Une erreur humaine serait à l'origine de l'incident.

Dans le cadre du programme de drones Nishant, lors d'essai en vol deux UAV ont réalisé un atterrissage forcé les 28 et 29 avril 2010. A la fin de ce mois, une semaine de test très importante a été conduite dans les domaine de la qualité de la vidéo transmise et du contrôle en vol. Les dégâts semblent avoir été réparés. Ce projet de drone indien a débuté en 1988 et le premier prototype a volé en 1995. Les quatre premiers exemplaires auraient été livrés à l'armée de terre.
Enfin après des essais concluant avec des drones américains, L'Inde souhaite étendre l'utilisation des drones aux opérations de contre insurrection sur son territoire et particulièrement contre les maquis maoïstes.


Le corps d'infanterie de marine de la République Populaire de Chine fête son 30 eme anniversaire

Si la composante maritime de l'armée de libération nationale compte près de 250.00 personnels en service, son corps d' infanterie ne compte que quelques milliers de personnels.
Ce corps a célébré son trentième anniversaire le 05 mai 2010. L'infanterie de marine a été crée en 1950 mais dissoute en 1957 lorsque la chine a renoncé a envahir Taïwan. En 1979, la Commission militaire centrale de la République Populaire de Chine a rétabli le Corps des Marines. Le 5 mai 1980, la 1ère Brigade Marine a été activé au Hainan.
Ce corps se compose de deux brigades de 6000 hommes basées dans la mer de Chine méridionale. Il s'agit de la première brigade et de la 164eme brigade (transférée en 1992 de l'armée de terre). Ces deux brigades possèdent des unités interarmes, y compris des blindés, de l'artillerie, des unités de défense aérienne, et de logistique. Un bataillon de forces spéciales est attaché à chaque brigade et le corps des Marines chinois est considéré comme une unité d'élite.
La première brigade dispose selon certaines sources de son escadron organique d'hélicoptère de transport Z8.
En temps de guerre jusqu'à 28.000 Marines peuvent être mobilisés.






la première brigade est équipée de la famille d'engins amphibies ZTS04

6 mai 2010




Le Centre nigérian de maintien de la Paix (NAPKC) a été homologué par les Nations Unies


les Nations-Unis ont homologué le centre nigérian de préparation aux opérations de maintien de la paix. Il s'agit d'un centre d'excellence établi en 2004 pour initialement former les unités de ce pays aux Opérations des Nations Unies.
Dans déclaration de Presse publiée mardi, le Directeur des Relations publiques militaires, Christopher Olukolade a déclaré que cette accréditation est: "une reconnaissance formelle de la qualité de la formation dispensée au NAPKC et assurera que le centre recevra l'appui en termes de soutien logistique pour ses programmes de formation".

Le chef d'état major de l'armée de terre, le lieutenant-général Abdulrahman Bello Dambazau, sera à la tête d'une délégation d'officiers supérieurs de l'armée à New York pour recevoir le certificat ce jeudi au Siège de l'Organisation des Nations Unies.

Ce centre organise de nombreuses formations pour les observateurs (MILOBS) durant trois semaines, prépare les formateurs (train the trainer course), forme les commandants de bataillon et leurs officiers d'état-major. Le centre dispense enfin des formations pour les bataillons avant leur déploiement.

Depuis plusieurs pays des centres ayant vocation a préparer les cadres aux missions des nations unies se sont développées a l'initiative du Canada ou de la France et d'autres états. Ces initiatives s'inscrivent dans un cadre régional .
On peut citer en premier lieu, le centre international kofi annan de formation au maintien de la paix (KAIPTC). Selon son site internet, Le KAIPTC est le Centre ouest africain d’études de prévention des conflits et d’études de paix qui intervient au niveau opérationnel. En formant le personnel militaire et civil engagé dans les opérations de soutien à la paix dans le monde.

En second lieu, on trouve l'École de Maintien de la Paix Alioune Blondin BEYE qui forme plus de 800 stagiaires africains chaque année. A ce jour, 11 pays contribuent au fonctionnement de l'École de Maintien de la Paix, en participant au financement des activités et/ou en détachant du personnel permanent.



photos NAKPC

5 mai 2010



L'exercice multinational « Flintlock 10 » de lutte contre le terrorisme a débuté le 2 mai 2010 au Mali

Un exercice militaire regroupant six armées d’Afrique de l’Ouest et du Centre, ainsi que d' Europe occidentale sous la supervision des États-Unis se déroulent en Afrique du 2 au 23 mai, en vue de renforcer la sécurité et la stabilité dans la zone transsaharienne. Les forces spéciales américaines entendent éprouver leur interopérabilité avec les unités et états-majors des armées des pays partenaires de l'exercice « Flintlock 10 ». Des pays européens, dont la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Espagne et la Grande Bretagne, participeront également à cette opération.

Cet exercice qui se déroulera au Mali sera planifiée à partir du Centre de Coordination Multinationale (MCC) de Ouagadougou (Burkina Faso), et synchronisé avec des opérations militaires au Sénégal, en Mauritanie et au Nigeria. Au Centre de Coordination les représentants des nations partenaires suivront une formation académique qui débouchera sur un exercice pratique de Poste de Commandement (CPX). Le CPX intégrera l’enseignement, la mise en place de scénarios et un groupe de contrôle en vue d’améliorer la capacité des participants à travailler ensemble, ceci afin de résoudre une crise éventuelle impliquant des activités illicites qui perturbaient la stabilité et la sécurité dans la sous-région.

« Il s'agit de poursuivre la mise en œuvre d'une véritable vision stratégique pour les pays de la zone sahélo-saharienne avec tous les voisins les plus proches, afin de parvenir à l'éradication du terrorisme et de la criminalité transfrontalière sous toutes ses formes », a estimé le ministre burkinabè de la Défense, Yéro Boly.

Le contexte des opérations sera celui d’un partenariat de « lutte contre le terrorisme dans la région transsaharienne »,a-t-on précisé de source américaine. La principale menace dans cette région est Al-Qaïda au Maghreb Islamique qui responsable d'attaques contre des cibles occidentales en Mauritanie.

Cet exercice se déroulera dans le cadre du Partenariat transsaharien contre le terrorisme (TSCTP). Il sera soutenu par le Commandement américain en Afrique (USAFRICOM) et son Commandement des Opérations Spéciales (SOCAFRICA).Les activités militaires seront doublées d’actions humanitaires (médicales,vétérinaires). Ces programmes vont apporter aux populations des zones rurales l’accès aux informations sanitaires et médicales de base.

Il s'agit de la troisième édition d’une série d’exercices initiée et conduite par les Etats-Unis . Environ 1 200 soldats, dont 600 des forces spéciales américaines, plus de 400 Africains et 150 Européens participent à l'exercice.

Participent à cet exercice militaire, les pays africains tels que le Maroc, la Mauritanie, le Sénégal, le Burkina Faso, le Nigeria, le Niger, le Mali et certains pays Européens comme l’Allemagne, la France, l’Espagne, les Pays-Bas et le Royaume-uni avec l’accompagnement déterminant des États-Unis.

photo (c) US Africom


Le Caire étudie l' assemblage du J17 sur son territoire
Janes relate que l' Égypte est en train d' étudier la construction d'une possible ligne de montage de l'avion JF17.
L' Égypte souhaite acquérir un nouvel appareil d'entraînement . Le programme JF17 lancé par la Chine en 1991 a été rejoint par le Pakistan en 1995. Il s'agit du premier appareil a être construit au Pakistan, la première apparition de cet appareil a eu lieu le 24 novembre 2009. L' Egypte pourrait etre le premier client a l'exportation pour cet appareil.

L'achat pourrait consister en 48 appareils. L' Égypte souhaite construire cet avion sur son territoire mais les négociations continuent encore á ce moment. Le contrat pourrait être finalisé d'ici á quelques semaines. La compagnie AOI (Arab Organisation for Industrialisation) qui produit déjà sous licence l'appareil d'entraînement chinois K-8 serait impliqué dans la construction de cet avion.

L' Égypte étudie parallèlement l'acquisition de nouveaux appareils F16 C/D pour remplacer sa flotte d' avions de combat vieillissante dans un contexte régional tendu.
photo
Paki90 at en.wikipedia

Le PAKISTAN reçoit de nouveaux équipements de la part des États-Unis

En reconnaissance des efforts conduits par les autorités pakistanaises dans leur combat contre les militants islamistes et pour soutenir leur actions, les États-Unis ont recommencés leur livraison de matériels sophistiqués au Pakistan.

Les États-Unis ont ainsi annoncé qu'il fourniront deux hélicoptères pour soutenir les efforts du Pakistan. Ils vont fournir deux hélicoptères Bell 412, d'une valeur de 24 millions de dollars, Ces appareils de transport peuvent remplir une grande variété de missions y compris de contre-insurrection. Ce don sera complété par des pièces de rechange et d'autres équipements d'une valeur de 20 millions de dollars selon les autorités américaines.

De plus, les États-Unis ont ainsi livrés des bombes guidées par laser afin d'aider la force aérienne pakistanaise a accroitre sa précision lors des opérations contre les insurgés. En février de cette année, le Pakistan a reçu 1000 bombes MK 82 de 227 kg et les kits de guidage devaient arriver en mars 2010.

Le Pakistan devrait aussi recevoir au cours de l'année 2010, la livraison de 18 F16 Block 52. Huit pilotes de la force aérienne pakistanaises viennent de suivre une formation sur ce type d'appareil au sein du 162e Fighter Wing, unité internationale de formation F-16 installée sur l'aéroport international de Tucson.
Il s'agit des premiers de leur pays pour former aux États-Unis depuis 1983, lorsque la dernière classe de pilotes pakistanais a quitté Luke Air Force Base, en Arizona .

Au sujet des avions,
les quatre premiers d'entre eux seront livres le 26 juin sur la base aérienne de Shahbaz dans le centre du Pakistan.
photo (c)
162nd Fighter Wing Public Affairs

FEEDJIT Live Traffic Feed