30 avr. 2011


La nouvelle vie des Mirages F1 sud-africains

La compagnie sud-africaine Paramount est en train de négocier la vente des ex- mirage F1 sud-africains avec plusieurs pays. Un des responsables de cette compagnie vient de confirmer la livraison des derniers appareils gabonais (6 exemplaires) et la livraison de deux F1AZs à l'armée de l'air du Congo-Brazzavile
Le magazine aéronautique Air Forces Monthly, donne dans son édition de mai, quelques détails sur ce transfert. Le Gabon a reçu deux appareils en aout 2006, deux autres en novembre 2007. Les deux derniers appareils ont quitté l'Afrique du Sud le 8 août 2010 en compagnie de deux appareils destinés à la Force Aérienne Congolaise.

Selon le blog sud africain Defense-Web, Paramount a un contrat pour la maintenance et le soutien de ces appareils à Brazzaville Le groupe propose aussi une re-motorisation de l'appareil français avec le réacteur russe SMR95, évolution du réacteur RD33 du Mig 29. Celui confère à l'appareil une poussée de 8 à 9 tonnes à comparer des 7200 kg du moteur d'origine.

21 appareils étaient théoriquement disponibles après leur retrait de la SAAF et de nouveaux clients pouraient être intéressés par ces appareils relativement bon marché . Il existe un réel marché pour les appareils de seconde main. En Nouvelle Zélande, le gouvernement rappelle que huit chasseurs Skyhawk sont en vente avec 20 moteurs et de nombreuses pièces de rechange.
photo Paramount Group South Africa

29 avr. 2011

Ajouter une image

La Bolivie va recevoir des hélicoptères brésiliens

Le ministre de la défense brésilien a annoncé aujourd'hui le don de quatre hélicoptères UH-1 iroquois à destination de la Bolivie. Ces matériels déjà anciens ne sont pas indispensables à la force aérienne brésilienne. Ils viendront renforcer les capacités aériennes boliviennes de lutte contre les narco-traficants.

La Bolivie est à la recherche d'hélicoptères depuis de long mois et a passé contrat auprès de la Russie pour la fourniture de machines MI 17. Le 8 Juillet 2009, la Force aérienne bolivienne avait reçu deux AS 350B3 Ecureuil acquis au prix de 3 millions de dollars l'unité auprès de la France.

En octobre 2006, elle avait reçu une SE.3160 Alouette III offert par le Vénézuela et deux SA-315B Lama. Selon Military balance, la force aérienne de ce pays mettrait toujours en ligne 15 UH-1H Huey fournis par les USA dans le cadre de la lutte contre la drogue. Elle a aussi perdu de nombreux appareils comme l'AS.332B1 Super Puma (ex vénézuelien) accidenté le 20 de juillet 2008 et une seconde alouette perdue le 28 juin 2007.

Ces moyens ne seront donc pas de trop pour lutter contre ces organisations criminelles. Le Brésil serait aussi disposé à fournir des avions sans pilote pour le contrôle de la frontière entre les deux pays.



Photo: Poder aero archive

27 avr. 2011



Programme d'avion de combat indien MMRCA- le choix est proche

Selon le blog indien Livefist les fabricants du Rafale et l'Eurofigther auraient été contactés par le ministère indien de la défense pour continuer les discussions concernant le programme MMRCA. lien

StratPost can confirm that the European Eurofighter Typhoon consortium and the French Dassault’s Rafale have been invited to do so, effectively making up the shortlist.

Cette informations n'est pas reprise dans la presse indienne ou par le ministère de la défense. Asuivre


Reprise des combats entre le Cambodge et la Thaïlande

Depuis plusieurs jours des combats font rage entre les armées cambodgiennes et thaïlandaises. Des affrontements sont survenus tôt ce mercredi matin près des temples de Ta Muen Thom et Ta Kwai (Ta moan et Ta Krabei en khmer) dans les zones contestées limitrophes de la province de Surin dans le nord-est de la Thaïlande.

La nouvelle série de tirs à l'arme légère s'est produite près des ruines des temples du XIIIe siècle mercredi vers 05h30 et a duré une trentaine de minutes, a indiqué le porte-parole de l'armée thaïlandaise, le colonel Sansern Kaewkamnerd.

Le conflit frontalier entre la Thaïlande et le Cambodge s'est étendu mardi avec l'ouverture d'un second front, à 150 km du lieu des affrontements des derniers jours. Un porte-parole du gouvernement cambodgien a ainsi déclaré que des avions de combat thaïlandais avaient effectué des tirs en territoire cambodgien près du temple. Côté thaïlandais, on annonçait en effet la présence à la frontière de F16 participants à des exercices.

Au mois de février des combats avaient eu lieu, causé la mort de 11 personnes et déplacé des milliers d'habitants. La Thaïlande et le Cambodge continuent à s'affronter pour la possession d'une zone de quatre kilomètres carrées et deux temples. Le tracé des 800 kilomètres de frontières entre les deux pays n'est pas clairement établi bien qu'un arrêt de la Cour Internationale de Justice de 1962 attribue la zone contestée au Cambodge.


Selon l'AFP, Les ministres cambodgien et thaïlandais de la Défense devaient se rencontrer très prochainement à Phnom Penh pour évoquer un cessez-le-feu. Cette rencontre a été annulée aujourd'hui en raison de la tension persistante mais le premier ministre cambodgien a appelé aujourd'hui à un cessez-le-feu.

Selon certains analystes, ce conflit n'est pas réellement territorial mais plutôt économique voire énergétique. Ces affrontement ne seraient qu'une conséquence de la crise politique thaïlandaise et une tentative de détourner l'attention de l'opinion publique de ce pays. L'armée thaïlandaise serait en train de faire monter la pression nationaliste contre le Cambodge qui arbitrerait certains chefs des chemises rouges.

Selon le journal Le Monde : Au Cambodge, Hun Sen, au pouvoir depuis 26 ans, a été accusé par ses détracteurs d'exploiter le différend territorial en vue des élections législatives. A Preah Vihear, "Hun Sen se prête délibérément au jeu pour revitaliser le sentiment nationaliste et revigorer le soutien à son endroit", résume William Case, directeur du Centre de recherche pour l'Asie du Sud-Est à Hongkong, interrogé en février par l'AFP.

La très puissante armée thaïlandaise
Aujourd'hui les forces armées royales thaï comptent environ 350 000 personnels et disposent d'un budget de 5 milliards de dollars US. Elles sont équipées de matériels relativement anciens mais en cours de renouvellement. Le pays est un allié traditionnel des États-Unis dans cette région du monde, bien qu'il diversifie de plus en plus ses sources d'approvisionnement en matériel militaire. La chine, la France, la grande Bretagne, Israël et le Suède figurent au rang des fournisseurs, De plus le 26 mars 2011, le Bangkok Post annonçait l'achat de 200 chars de combat ukrainien T84U.

Dans le domaine naval, la Thaïlande entend tenir un rôle de puissance régionale. En ce qui concerne ses voisins immédiats, la Marine royale parvient à endiguer à l'est la petite Marine royale cambodgienne et les ambitions sous-marines de la Marine populaire vietnamienne ; à l'ouest à contrôler plus ou moins l'entrée du détroit de Malacca. Elle est encore la seule en Asie à posséder un porte aéronef en service.
Aujourd'hui même, le pays a confirmé l'achat de six sous-marins d'occasion allemands de type U206 A. En fin d'année 2010, deux bâtiments de guerre thaïlandais, le HTMS Pattani et le HTMS Similan avec 351 marins et 20 membres des forces spéciales avaient pris part à la lutte contre la piraterie dans le golfe d'Aden.
Dans le domaine aérien, la Thaïlande malgré la crise économique continue de moderniser son armée de l'air avec de nouveaux appareils comme le Gripen. Elle envisage aussi la modernisation d'un nombre réduit de ses chasseurs F16.

Les forces armées royales cambodgiennes comptent 124000 personnels d'active et un budget de 123 millions de dollars (quarante fois inférieur à celui de la Thaïlande). Elles disposent de forces modestes, disposant de matériels anciens, technologiquement peu avancé. Elle comptent néanmoins plusieurs centaines de Généraux dont le premier ministre. Depuis le démobilisation des khmers Rouges et des différentes fractions militaires, il est difficile d'estimer sa valeur. Le Cambodge a néanmoins engagé une restructuration de ses forces armées et la mission militaire de coopération française à Pnom Penh participe à cet effort.


Photos Internet / troupes cambodgiennes

Le différend est pris en compte par l' ’Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE ou ASEAN). Son secrétaire général, Surin Pitsuwan, a demandé au Cambodge et à la Thaïlande de mettre fin immédiatement à tous actes d'hostilité et de régler leurs litiges par la voie pacifique, a rapporté la presse cambodgienne de vendredi. Selon le dirigeant indonésien, le recours à la violence est inacceptable au sein de l' ASEAN.
Première photo/ soldat de la 2ème division de cavalerie ( Bangkok Post)


20 avr. 2011





La Force aérienne australienne renforce ses capacités de transport stratégique

Un accord a été conclu entre le gouvernement américain et la Royal Australian Air force pour la fourniture d’un C17 supplémentaire. Cet accord conclu dans le cadre des Foreign Military Sale a été rendu public le 18 avril par le constructeur américain. L’Australie utilise cet aéronef depuis 2006 et disposera donc rapidement d’un cinquième appareil. Le C17 pourrait rejoindre l'Australie avant la fin de l'année et renforcer la flotte d'appareils plus anciens qui doivent rentrer dans un cycle de maintenance approfondie.

Un outil diplomatique

Ces avions contribuent au rayonnement de l'Australie dans le monde comme en témoigne leur récent engagement dans les crises humanitaires en Nouvelle Zélande ou au Japon. 3 C-17s australiens ont été engagés en réponse au tremblement de terre et au tsunami du Japon pendant deux semaines au Japon dans le cadre de l’opération baptisée PACIFIC ASSIST.

La RAAF a livré plus de 500 tonnes de matériels humanitaire et des pompes pour le refroidissement du réacteur de Fukushima. Quelques semaines plus tôt, les appareils avaient été engages en nouvelle Zélande lors du séisme de Christchurch, et lors des inondations de l’état du Queensland.

Des capacités adaptées aux besoins australiens
Le C17 Globemaster est adapté aux besoins importants de l'Australie en matière de mobilité stratégique en raison de sa situation géographique. L'appareil peut transporter un char M1A1 Abrams en dotation dans l’armée de terre, un hélicoptère Black Hawk, Seahawk ou Chinook, trois hélicoptères Tigre ou cinq véhicules Bushmaster.

Un succès commercial encore limité
Boeing a livré 230 C-17s dont 20 à des clients étrangers. Les clients étrangers sont la Royal Air Force (7 Ex), la force aérienne du Qatar (2), la force aérienne canadienne (4), les 12 membres de la Strategic Airlift Capability initiative of NATO and PFP (3) et les Emirats Arabes Unis (6 exemplaires commandés).
Boeing est en train de négocier avec l’Inde la fourniture de 10 appareils.






photo et lien: Australia aviation

18 avr. 2011


Malgré la crise financière le Portugal contribue à la lutte contre la piraterie

Vendredi 15 avril 2011, un avion P3P ORION de la force aérienne portugaise a quitté la base de béja dans le centre du pays pour rejoindre les Seychelles. Il s'agit du premier aéronef à rejoindre l'opération de contre-piraterie Ocean Shield de l'OTAN. Le détachement aérien sera constitué d'un avion P3 de l'escadrille n° 601 et de 53 personnels dont une femme.

Leur mission sera d'effectuer des vols de reconnaissance le long des côtes de Somalie à la recherche des pirates. Le détachement sera opérationnel à partir du 18 avril pour une durée de trois mois. Ils opérerons à partir de l'Aéroport National de Victoria, sur l'ile de Mahé aux Seychelles.



Au cours des trois prochains, le Portugal participera conjointement à deux missions de lutte contre la piraterie; celle de l'Union européenne et celle de l'OTAN.
Lien et photos : site EMGFA.pt
Vidéo: Force aérienne Portugaise


LAAD 2011 (Latin America Aerospace & Defence) du 12 au 15 avril 2011 à Rio de Janeiro

La huitième édition du salon aéronautique et de défense d'Amérique latine vient de s'achever au Brésil. 663 exposants de quarante pays ont participé à cet évènement de portée régionale, une augmentation de 100% par rapport à la précédente édition de 2009. Plus de 25000 visiteurs se sont pressés dans les allées du salon à comparer des 18000 de la précédente édition. Au bilan : 130 entreprises brésiliennes, 90 entreprises US, 43 françaises, 29 israéliennes, 22 du Royaume Uni, 20 espagnoles et la NAMSA.

De nombreuses autorités politiques de haut niveau ont visité le salon. Le vice-président de la république Michel Temer qui a inauguré le salon ; le ministre de la Défense Nelson Jobim, le General José Elito Carvalho Siqueira, chef du cabinet de sécurité intérieure et les ministres de 14 pays. Au total, LAAD a reçu 300 délégués de 61 pays.

Peu de contrats importants signés en l'attente de la décision pour le chasseur F-X2. La crise qui frappe aussi le Brésil incite la nouvelle présidente à reconsidérer certains contrats. Le chasseur russe SU 35 pourrait avoir encore une chance pour ce contrat. De nombreux partenariats avec des entreprises brésiliennes ont été conclu durant cette édition.

Israël
La firme israélienne Elbit Systems Ltd va accroitre sa coopération avec la société brésilienne Embraer SA dans le domaine des drones (UAV). Les deux sociétés vont créer un joint-venture pour développer, fabriquer, vendre et soutenir des systèmes sans pilote. Embaer détiendra la majorité de cette société.

Russie
La Russie a été très active durant ce salon et a présenté plus de 300 types d'armement lors de ce salon. Au delà des aéronefs, les industriels ont mis en avant leurs systèmes de défense sol-air dont le Pantsyr-S1. La Russie, la Biélorussie et l'Ukraine espèrent pouvoir conclure rapidement de nombreux contrats en Amérique latine.

États-Unis
Durant le salon, le fabricant Boeing a présenté un nouveau cockpit pour le simulateur du F/A-18E/F Super Hornet Block II . Celui-ci préfigure ce que pourrait être le cockpit de cet appareil dans le cadre de son offre pour le chasseur FX-2. Le lieutenant-General Glenn F. Spears de l’USAF, commandant de la 12th Air Force et U.S air force SOUTHCOM est venu supporter la proposition américaine pour le programme FX-2. Il a rappelé la très bonne interopérabilité des deux armées de l'air et a assure du soutien de l'USAF en cas d'achat d'appareil américain. Le général a indiqué que les États-Unis livreraient un appareil quasi-identique au modèle de l'US Navy.

France
Le consortium RAFALE International constitué des entreprises françaises Dassault Aviation, Thales et Snecma, avait effectué le déplacement à Rio de Janeiro. De très nombreuses entreprises françaises étaient présentes dans le domaine aérien, naval et électronique.

Dans le domaine aérien
Le programme de chasseur est toujours aussi ouvert et le sukkoi 35 pourrait redevenir une option réaliste. Durant le salon, le représentant du Consortium Rafale International au Brésil, Jean-Marc Merialdo a déclaré que les compensations pourraient atteindre 150% de la valeur du contrat. Dans le domaine militaire, la principale décision a été le contrat de rénovation pour 11 chasseurs F5 supplémentaires, ce qui n'est pas un forcément bon signe.


Dans le domaine des drones, le salon a permis à Avibras de dévoiler un drone baptisé Faucon.



Le projet est à un stade relativement avancé et les premiers tests devraient débuter au cours de l'année 2011. Le fabricant américain Lockheed Martin et la société Atmos Sistemas ont annoncé qu'il avaient signé un accord pour la répondre au besoin de la force aérienne brésilienne d'un futur radar 3-D longue portée.

Dans le domaine des avions de transport tactique, un important pas a été franchi avec la signature de contrats liés au programme KC 390. La plus grosse part revient à l’entreprise tchèque Aero Vodochody. Celle-ci a été mandatée pour assembler la partie arrière du fuselage, les portes et sorties d’urgences incluant la rampe cargo ainsi que les bords d’attaque fixe pour les prototypes et les appareils de production. À noter que le gouvernement tchèque s’est engagé à prendre deux exemplaires en septembre 2010.

Armement terrestre
Iveco a présenté pour la première fois son véhicule blindé Guarani qu'il est en train de développer pour l'armée de terre Brésilienne. Le pays a signé un contrat de 3,3 milliards $ pour la fourniture de plus de 2000 véhicules. lien Lors du salon, la firme brésilienne Inbra Filtro s'est déclarée confiante dans le lancement de son véhicule blindé léger Gladiador et de son placement


auprès d'un client d'ici à la fin de l'année 2011, selon le site Shephard. Le fabricant américain Oshkosh a de son côté présenté pour la première fois en Amérique latine son véhicule tactique Tactical Protector Vehicle (TPV) SandCat .

Hélicoptères
Lors de l'exposition, la Force aérienne a présenté au public un de ses six Mi-35Ms actuellement service. Ceux-ci participent aux opérations contre les groupes de narco-trafiquants dans la zone Amazonienne. Des utilisateurs ont déclaré que les performances de ces appareils étaient dégradées en raison de la chaleur et de l’humidité de la région. Durant cette édition, la compagnie Russe UIC Oboronprom a passé un accord de coopération avec le groupe d'investissement Qualy pour la promotion et la vente de l'hélicoptère léger Mi-34C1 dans ce pays. L'accord pourrait concerner jusqu'à 150 Mi-34C1 livrable au Brésil jusqu'en 2023.

Dans le domaine naval
La Marine du Brésil négocie avec 6 pays — Allemagne, Corée du Sud, Espagne, France, Italie et Grande-Bretagne — la construction d’une série de 11 bâtiments dont le cout total pourrait atteindre 3,1 milliards €. L'espagnol Navantia aurait obtenu l'autorisation des États Unis de fournir au brésil des navires équipés du système AEGIS, en cas de signature du contrat. DCNS a présenté plusieurs de ces équipements. En conclusion, ce salon pour sa huitième édition a beaucoup grandi mais n'a pas encore atteint sa pleine maturité. Le Brésil comme l'Inde sont encore en train de travailler à consolider leur industrie de défense.

photos : sites internet brésiliens / shepard/Poder aero/ poder naval/ cavok
Infographie:

14 avr. 2011



Singapour déploie pour la premiere fois un avion de patrouille maritime pour lutter contre la piraterie dans le golfe d'Aden

Les forces armées de Singapour ont déployé un appareil Fokker-50 de patrouille maritime pour patrouiller dans la zone d'action des pirates somaliens. L'appareil est basé à Djibouti depuis quelques jours, pour une période de trois mois.


Il conduira des missions de reconnaissance aérienne et de traque des pirates en coordination avec les moyens européens, japonais et américains déjà déployés. Il est intégré à la multinational Combined Task Force (CTF) 151 et prendra en compte le golfe d'Aden. Le pays asiatique met en ligne 5 appareils de ce type.


Ce déploiement coïncide avec la prise de fonction d'un armiral de Singapour à la tête de cette force internationale. Depuis le 31 mars 2011, le contre amiral Harris Chan assure le commandement de la TF 151. Embarqué à bord de l'USS Mason, il dispose d'un état-major de 25 personnels de son pays. Il s'agit du second commandement de ce pays. Depuis avril 2009, ce pays a déployé successivement deux task-forces dans la région.

photo MOD Singapore

Video

5 avr. 2011

Petite pause
En raison d'un emploi du temps chargé, petite pause pour quelques jours encore.

FEEDJIT Live Traffic Feed