24 mars 2012


Coopération israélo polonaise dans le désert du Néguev
Depuis l’arrêt de la coopération militaire avec le Turquie pour des raisons diplomatiques, Israël se tourne vers d’autres pays pour s'entrainer.
Les Polonais rejoignent maintenant les Grecs, les Roumains, les Américains et les Italiens, qui ont conduit des exercices conjoints avec l'armée de l'air israélienne ces dernières années. Les F16 Polonais de la 32e base aérienne se sont entrainés entre le 7 et le 16 mars avec des avions F-15 et F-16 israéliens dans l'espace aérien du désert du Néguev – un vaste terrain d'entrainement aérien. Ce sont les premières manœuvres conjointes de ce type de forces aériennes des deux pays.

En 2002, la Pologne a acquis 48 chasseurs le F-16C / D Block 52 + auprès des Etats-Unis ; les livraisons se sont poursuivies jusqu'en 2008 dans le cadre du programme Peace Sky. Elle a sans doute acquis suffisamment d’expérience pour commencer à faires sortir ces appareils du pays.
La Force aérienne polonaise aligne trois escadrons de F-16: deux stationnés sur la 31 ème Base aérienne tactique , près de Poznań et de la 10ème escadrille tactique sur la 32 ème Base aérienne près de Lask. Selon un responsable israélien "L'objectif principal de cet exercice est d'enseigner la doctrine de combat et d’échanger sur les sujets d’actualités des deux forces aériennes.
Le commandant de la force aérienne polonaise Lech Majewski s’est rendu en Israël pour tirer les premières conclusions de cette activité. Il a rencontré le général Ido Nehushtanem commandant de l’armée de l'air israélienne. Cette visite a été consacrée en grande partie à l'analyse et l'échange mutuel d'expériences dans le domaine de la formation sur les F-16 que les deux pays utilisent.

Les pilotes de F16 ont eu l'occasion de tester leurs compétences tactiques dans des exercices proches de la réalité et dans une ambiance de guerre électronique. Ils ont d’ailleurs pû utiliser leurs systèmes d’autoprotection (chaffs et flares) sur toute la zone d’entrainement ; ce qui n’est pas possible en Pologne. Aucune activité n’a été arrêtée en raison de l’implication de l’armée de l’air israélienne dans des opérations au dessus de la bande de Gaza.



Le bilan semble positif et avoir un certain écho en Pologne.La prochaine étape serait donc de planifier un exercice réciproque en Pologne, où les Israéliens auront la possibilité de avec des avions MIG d’origine russes (MIG 29 et SU-22), qui sont encore en service au sein de l'armée polonaise ainsi que dans certains armées arabes.
photo/ armée de l'air polonaise
vidéo en ligne sur le site de l'armée de l'air polonaise

18 mars 2012



L’incroyable hausse du budget de la défense indienne

Le gouvernement, a engagé depuis plusieurs années un important programme de mise à niveau de son équipement militaire. L’augmentation des dépenses militaires s’élèvera pour la prochaine année 6.5 milliards de dollars amenant celui-ci à 40 milliards de dollars pour l'exercice qui se terminera le 31 mars 2013. L'augmentation s’établira donc cette année à 17 %.

Il faut remettre ce chiffre en perspective car il ya 8 ans, le budget était quasiment dix fois inférieur.

Depuis les attentats de Bombay en 2008, le budget de la défense indienne a cru de manière exceptionnelle. L’effort d’armement de la chine et plus modestement du Pakistan constitue sans nul doute un puissant accélérateur.



Le bilan des dernières années

2004-05 : 3,5 milliards de dollars ;

2007-08 : 7,5 milliards ;

2008-09 : 11 milliards ;

2009-10: 28 milliards ;

2010-11: 36 milliards.

Un axe d'effort : l'armée de l'air et l'aéronavale

Le contrat le plus médiatique concerne le programme MMRCA (medium multirole combat aircraft) pour un montant global de 20 milliards de dollars et 126 Rafale. Les modalités précises de ce deal sont encore en négociation. 51 avions de combat Mirage-2000 vont être modernisés et 450 missiles MICA ont été acquis pour un montant d’1.23 milliard de dollars.

Dans le domaine aérien l’inde se prépare à renouveler sa flotte d’avion de formation de base. L’armée de l’air souhaite acquérir 75 Pilatus PC-7 pour un montant de 600 millions de dollars. D’autres contrats aussi importants ont été signés pour le transport aérien. Le contrat pour 10 C-17 a été officiellement signé le 2 février via l’US Air Force alors que six C-130Js acquis aux USA pour un milliard de $ rejoignent les escadrilles. De nouveaux C130J pourrait arriver en plus alors que près de 100 An 32 sont en cours de modernisation en Ukraine.

La marine continue son développement aérien et espère disposer d’ici à quelques années de 100 avions de combat à réaction et 500 autres aéronefs. La Marine a déjà commandé 12 Boeing P8-I de reconnaissance maritime longue portée avec une option possible pour une douzaine d’appareils supplémentaires.

Selon le blog mer et marine, La marine indienne devrait prochainement lancer un appel d'offres en vue de se doter d'une nouvelle flotte d'avions de surveillance maritime. Plusieurs avionneurs seraient sur les rangs pour ce marché, dont Dassault avec les Falcon 2000 MRA et 900 MPA.

Selon AFM d'avril 2012, d'uatres projets sont en cours d'élaboration pour l'Indian Navy Air ARM. Il s'agit d'un appareil de combat plus évolué que le MIG 29K, plusieurs dizaines hélicoptères légers pour remplacer le cheetak ainsi que 16 hélicoptères multi rôle (S70B ou NH90).

Doublement prévisible des importations entre 2012 et 2016

Selon RIA Novosti (article du 20 janvier 2012)

En 2012, la Russie fournira à l'Inde des armes et du matériel de guerre pour un montant d'environ 7,7 milliards de dollars, a annoncé un communiqué du Centre russe d'analyse du commerce mondial d'armes (TSAMTO).

La Russie doit livrer les prochains mois à l'Inde près de 40 hélicoptères MI-17V-5, 33 chasseurs Su-30MKI et neuf chasseurs embarqués MiG-29K/KUB. Selon Air force monthly d’avril 2012, L'Inde entend acheter 71 hélicoptères russes Mi-17 pour le prix de près d'un milliard de dollars en supplément aux 80 déjà commandés. Douze d’entre eux sont à destination du ministère de l’intérieur.

D'après le centre TSAMTO, de 2002 à 2011, les importations indiennes d'armements ont atteint 25,65 milliards de dollars. Les experts estiment qu'elles doubleront entre 2012 et 2016.

A suivre

Sources

budget 2012: IDSA (institute for defense studies)

article CESA : Le nouveau visage de la défense indienne

11 mars 2012


photo UNIFIL

Le Brésil et le commandement de la composante navale de la FINUL


La force des nations unies au Liban UNIFIL crée en 1978, a été renforcée à la suite du conflit israélo-libanais de 2006. Cette mission compte au début du mois de mars 2012, 11751 soldats de la paix de 37 pays contributeurs sous les ordres d'un général italien.


La force multinationale maritime

L'UNIFIL Maritime Task Force (MTF) établie le 15 octobre 2006, est la première composante navale à avoir été crée au sein d'une mission de maintien de la paix. Certaines missions comme la Monusco au Congo possèdent des unités fluviales sans aucune comparaison avec ce qui existe au large du Liban.


La TF 448, composante maritime de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), est mandatée pour aider les autorités libanaises à contrôler les flux maritimes et à empêcher notamment le trafic d'armes. Agissant en vertu du chapitre 6 de la charte des Nations Unies, la force maritime a été mise sur pied à la demande du Gouvernement Libanais pour éviter l'entrée massive d'armes sur son territoire.Elle est aussi chargée comme son volet terrestre de former l'armée libanaise conformément aux résolutions 1701 et 1773 du Conseil de sécurité de l'ONU.


Le commandement de cette force a été initialement assuré par l'EUROMARFOR, puis par plusieurs pays européens dont la France, l'Allemagne et la Belgique. Cette force sera dirigée pour la deuxième fois consécutive, par un amiral brésilien.



Photo Bundeswehr

Le ravitailleur allemand Werra et la frégate Uniao


Actuellement la FINUL-MTF dispose d'unités navales en provenance du Bangladesh (2 navires), Brésil (1 navire - navire amiral), d'Allemagne (3 navires),de Grèce (1 navire), d'Indonésie (1 navire) et de Turquie (1 navire). Le bangladesh a dépêché pour cette mission se principale unité, la frégate BNS OSMAN, et le patrouilleur BNS MADHUMATI.


Un total de 15 pays ont contribué à la MTF : Bangladesh, Belgique, Brésil, Bulgarie, Danemark, France, Allemagne, Grèce, Indonésie, Italie, les Pays Bas, la Norvège, l'Espagne, la Suède et la Turquie.


Le 24 Février 2011, le major-général Alberto Cuevas Asarta, commandant de la FINUL la remis le commandement de la TF au contre-amiral Luiz Henrique Caroli du Brésil. Ce n'est seulement qu'en novembre 2011, que la brésilienne Frégate "UNIAO" a rejoint les côtes du Liban.


La frégate Uniao

Immatriculé F45, il s'agit d'une frégate de la classe Niteroi d'un déplacement de plus de 3000 tonnes, développé pour le brésil et la Grande Bretagne par les chantiers britanniques sous le nom de type 21.

Le bâtiment est déployé avec l'ensemble de ses systèmes de combat opérationnels sa dotation guerre, son hélicoptères et son équipe de visite.

Le blog brésilien Alide détaille les préparatifs de cette mission.


Pour la marine brésilienne

Cité par le blog Poder Naval: Pour le commandant de la marine brésilienne l',Almirante-de-Esquadra, Julio Soares de Moura Neto: "La participation du Brésil à la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL) est un motif de fierté pour la Marine du Brésil, car il s'agit de la première mission à caractère naval, que l'ONU conduit et car pour la première le commandement de la Task Force maritime (MTF) de la FINUL est à la charge d'un état non-membre du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN).


« La présence de la frégate de l'Union dans la région, au delà de la stricte contribution à la mission, cela a une grande signification pour le Brésil dans le domaine des relations internationales, car elle démontre l'engagement du pays pour la FINUL, le maintien de la paix au Liban et la stabilité au Moyen-Orient. "


Pour le brésil, il s'agit de commencer à démontrer son importance sur l'échiquier mondial. Ce début est certes modeste mais permet déjà de sortir des zones habituelles du brésil que sont l'Amérique centrale et l'Afrique.

Lien avec un reportage de la télévision brésilienne

10 mars 2012



Réarmement des philippines

En Asie du sud-est, les états voisins de la Chine ont pour la plupart entamé un processus de mise à niveau de leurs forces armées Au premier rang de ces nations on trouve le Viet-Nam, l'Indonésie, le Cambodge et dans une moindre mesure les philippines.

Dans le cadre de la reconstitution de la force aérienne, Manille vient de recevoir quatre nouveaux hélicoptères W-3 Sokol de construction polonaise. Huit de ces hélicoptères ont été commandés pour un montant de 66 millions de dollars. Le contrat comprend les appareils , des pièces détachées et la formation des maintenanciers en Pologne.

Selon la presse locale, Les hélicoptères Sokol seront utilisés pour l'appui au combat ainsi que des missions de secours pour les populations. Ils pourront recevoir de l'armement sur des pods extérieurs et sont équipés pour mener des opérations de secours y compris avec des moyens de vision nocturne .

Le Sokol a une vitesse de 140 nœuds alors que le Huey en service ne peut voler qu'à 90 nœuds. Il dispose d'une capacité de levage de 7 tonnes tandis que le Huey ne porte que 4 tonnes .

Le secrétaire d'état à la défense a déclaré que qu'il fallait être heureux et se satisfaire de ces matériels que le pays pouvait s'offrir. Il s'agit peut être de prévenir les militaires philippins qui espèrent d'ici 2020, que leur force aérienne soit redevenue l'égale de celles de leurs voisins avec des avions modernes.

La Force aérienne ne compte actuellement que 40 antiques hélicoptères UH1, 18 hélicoptères légers armés MD520, deux petits avions à réaction italiens S211 et une douzaine de bimoteurs d'observations OV-10. La flotte de de transport se compose de 3 C-130 dont deux sont en cours de réparation mais qui devraient être opérationnels cette année.

Il y a néanmoins des plans pour l'acquisition de six nouveaux appareils à réaction du type T/A 50 coréen ou des M346. Le 21 novembre 2011, la présidente Aquino a reçu son homologue coréen et évoqué ce possible achat d'avions et de bateaux.

Dans son édition du 21 décembre 2011, JDW détaille les plans pour l'acquisition d'avions de combat F16 C/D tant désirés . En avril 2012, lors d'une visite officielle planifiée aux États-Unis, la présidente déposera la demande officielle d'achat de 24 appareils F16C/D. Le contrat serait d'un montant de 750 millions de dollars avec la modernisation au block 52. Le contrat pourrait être conclu au titre des FMS ou de celui des EDA (Excess Defense Articles).

Dans le domaine maritime
La marine philippine a reçu en provenance des garde-cotes américains, un bâtiment de la classe Hamilton. Il s'agit du Gregorio del Pilar, patrouilleur de haute mer de 115 mètres de long qui dispose d'une plate forme hélicoptère et d'un hangar rétractable.

Fin 2011, la marine des philippines a mené des négociations avec les garde-côtes pour l'acquisition de l' USCGC Dallas qui pourrait être transféré au deuxième semestre 2012.

Le processus est encore long pour les philippines soient en mesure d'assurer la défense de leurs iles face au géant chinois. Les iles contestées par la chine , les vaste étendues de la zone exclusive économiques nécessitent des moyens qui semblent hors de portée du budget actuel.

photo : Militaryphotos.net

FEEDJIT Live Traffic Feed